L'urgence de décentraliser nos soins de santé

L’hypercentralisation du système de santé nuit depuis longtemps aux soins de santé, encore plus en temps de COVID-19. L’heure est à l’action: en pleine crise sanitaire, nous ne pouvons pas nous permettre d’avoir un système de santé ralenti par des lourdeurs administratives comme c’est actuellement le cas. Joignez vos voix aux nôtres et demandez une décentralisation de notre système de santé, c’est le Québec au complet qui en sortira gagnant!

Nous sommes un regroupement de près de 800 médecins, issus de plus de 50 centres hospitaliers au Québec, à constater chaque jour à quel point l’hypercentralisation en santé nuit non seulement au combat contre la COVID-19, mais aussi aux soins que nécessitent nos patients atteints d’autres pathologies. Le problème n’est pas nouveau, il perdure depuis des années, mais a été drastiquement amplifié depuis la réforme de 2015 ("réforme Barrette"). Nous réclamons des actions concrètes du gouvernement pour redonner une gouvernance locale aux établissements de santé du Québec.

 

Pour combattre la crise sanitaire actuelle, nous avons besoin d’un système de santé flexible qui peut s’adapter rapidement. L’agilité et la rapidité dans la prise de décision sont donc plus essentielles que jamais.  

La centralisation a rendu notre système de santé lent et rigide en temps ordinaires, mais en pandémie elle l'a rendu dangereux pour les patients.

 

Nous formulons des solutions simples et efficaces pour donner les outils de base aux établissements afin de leur redonner une structure participative et décentralisée, moins complexe, en lien direct avec les acteurs du terrain et les besoins des patients.

Nous le savons, les vagues successives de la pandémie ont épuisé le personnel de la santé et la pénurie de personnel a atteint des niveaux alarmants, occasionnant de nombreux bris de service à travers la province. Si nous demandons une décentralisation de la gouvernance dans les centres hospitaliers, c’est justement pour permettre aux professionnels et aux experts de la santé de consacrer toutes leurs énergies à traiter nos concitoyens au lieu de s’épuiser à combattre une machine administrative désuète, inefficace et déconnectée.

 

Conséquemment, nous estimons que la décentralisation du réseau de la santé est urgente et qu’une gouvernance locale doit absolument être rétablie dans les centres hospitaliers. 

 

Nous demandons au Premier ministre François Legault et à son Ministre de la santé et des services sociaux Christian Dubé de redonner la gouvernance locale aux centres hospitaliers de soins aigus.

 

Voici ce que nous revendiquons:

Nous demandons:

  • Le rétablissement d’un poste d’administrateur local pour chaque centre hospitalier de soins. Cette personne assurerait une interaction directe entre la communauté et l’installation, alors qu’actuellement on doit passer par le CI(U)SSS pour toute demande administrative. Par exemple, dans le cas d’un bris d’équipement, ce serait à l’administrateur local de dégager les fonds pour le remplacement de l’équipement. La décision serait prise localement et donc, plus rapidement.

  • Le rétablissement d’un poste de Directeur des Services Professionnels (DSP) local pour chaque centre hospitalier. Actuellement, ce poste existe au sein du CI(U)SSS et cette personne s’occupe tant du recrutement médical que de la gestion des plaintes. Or, il est illogique qu’une personne qui ne connaît pas la réalité du terrain d’un centre hospitalier et qui est parfois à plus d’une heure de route de celui-ci, soit responsable de décisions aussi importantes. Un DSP local, avec sa compréhension de la réalité locale et spécifique de son centre hospitalier, serait mieux outillé pour gérer, notamment, le recrutement de personnel médical.

 

  • Le rétablissement d’un Conseil des Médecins, Dentistes et Pharmaciens (CMDP) local pour chaque centre hospitalier. Tous les médecins, dentistes et pharmaciens seraient membres du CMDP. Le Comité exécutif du Conseil est réellement le chien de garde de la qualité de soins. Cette structure existe actuellement à l’échelle du CI(U)SSS, mais ne remplit pas ses responsabilités parce qu’il est impossible pour un Comité exécutif de quelques personnes de veiller à la qualité de l’acte de centaines de médecins répartis dans plusieurs établissements. La création d’un CMDP local est l’unique façon d’assurer des soins de qualité pour tous.

 

  • Le rétablissement d’une Table des chefs locale réunissant tous les chefs de département d’un centre hospitalier. Il faut savoir qu’avec la centralisation il n’y a plus de chefs de départements locaux, mais plutôt des chefs de départements de CI(U)SSS. Or, les mêmes services dans différents hôpitaux ne se ressemblent pas forcément. Les chefs locaux réunis à la Table des chefs auraient pour mandat d’élaborer des plans locaux qui assureraient la qualité des soins offerts, et adaptés aux besoins de leur clientèle locale.

Le résultat? Des hôpitaux avec une gouvernance locale connectée avec la réalité du terrain, qui peuvent prendre les bonnes décisions adaptées de manière rapide et efficace pour assurer des soins de qualité aux patients de leur territoire!

La proposition du RQMDSS
 

Le RQMDSS a rédgé une proposition de décentralisation du système de santé qui a été officiellement soumise au Premier Ministre du Québec, M. François Legault, et au Ministre de la Santé, M. Christian Dubé.

Le RQMDSS a rédgé un mémoire qui a été officiellement déposé à la Vérificatrice Générale du Québec (Mme Guylaine Leclerc), à la Commissaire à la Santé et au Bien-Être (Mme Johanne Castonguay) et au Ministre de la Santé (M. Christian Dubé).

Le mémoire du RQMDSS
 

Backgroundplain.png
Backgroundplain.png